top of page

Formes pensées et âmes décédées

Dernière mise à jour : 23 mars 2023



"David Vincent les a vus ! " ! Ah, non, pardon... ici je parle des parasitages énergétiques : excusez mon égarement ;-) Plus sérieusement : notre structure subtile est une extension de notre corps physique. Ce dernier vibre beaucoup plus lentement, ce qui le rend visible et palpable.


Lorsque nous vivons notre quotidien, cette partie éthérée est confrontée régulièrement aux lieux et aux gens qui nous entourent. Le biochamp, ou champ vital, est une zone de protection qui filtre constamment les flux extérieurs afin d'empêcher au maximum qu'ils n'atteignent le corps physique. Un peu comme un airbag.


Cette confrontation aux énergies extérieures abîme le biochamp. Evidemment, plus votre taux vibratoire est élevé, moins vous risquez d'être impacté. D'où l'idée d'une bonne hygiène énergétique. Mais je précise malgré tout : même avec une "hygiène spirituelle" top niveau, il arrive d'être pollué.


Les personnes qui travaillent dans l'aide à autrui, au sens large du terme, sont particulièrement impactées.


Que trouve-t-on de "parasitant" autour de nous (principalement) :



- Les formes pensées -


Il s'agit des émanations psychiques du tout à chacun. Ce que les gens pensent de vous, ce qu'ils ressentent pour vous, ce qu'ils communiquent à votre intention.

Bref, tout ce qui vient des autres dans votre direction.


Les formes pensées sont particulièrement néfastes quand elles sont chaotiques (colère, haine, jalousie, manipulation...).


Elles agissent comme un acide qui va, peu à peu, rendre poreux votre biochamp.




- Les âmes décédées -


Lorsqu'une personne décède, son âme (qui est énergie) est libérée du carcan physique.

Comme je l'ai déjà écrit ci-dessus, elle vibre très vite, alors que le corps vibre lentement (d'où la densité de ce dernier) : de ce fait, elle va normalement rejoindre un plan qui vibre lui aussi plus vite que le nôtre. C'est naturel.


Or, il arrive (très) souvent que l'âme cherche à rester sur notre plan. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène : le déni (par exemple dans le cas d'une mort soudaine), les sentiments (amour, colère...) envers une ou plusieurs personnes encore vivante(s), la peur (de l'au-delà, de ce qui peut bien nous attendre après -souvent causée par les religions ou l'athéisme-), et même le refus de faire le deuil de la part des proches.


Pour ce faire, l'âme va littéralement s'accrocher aux murs (lieux) ou aux gens.

Cette résistance demande beaucoup d'énergie (c'est une lutte à contre courant), et elle va donc puiser celle-ci là où il y en a.


Concrètement, quels impacts dans le système énergétique d'une personne ?

Déformation du biochamp, désaxage, porosité (donc chakras perturbés).


Aux niveaux psychique/physique : humeur en dents de scie (souvent très similaire à la cyclothymie, voire à la bipolarité), problèmes de sommeil, grande fatigue, douleurs localisées peu habituelles (points d'accroches de l'âme sur le corps) ; et pour certaines personnes "hyper-sensibles", impression de ne pas être seules chez elles, ombres dans l'angle mort de la vision, voix...



Ces deux phénomènes font parties des perturbations les plus courantes que je rencontre en séances de bilan, devant le transgénérationnel et le karmique.


Les rites de passages ne sont plus ce qu'ils étaient. La faute à une foi en dégringolade, et je pense à un hyper matérialisme devenu tout puissant. Du coup, la migration d'une âme de notre plan à un autre (quel qu'il soit) n'est plus aussi "encadrée". Cette zone de flou facilite l'errance d'une Essence en perdition. Et dans ce contexte, tout le monde est perdant : l'âme en question qui stagne au lieu de continuer son évolution, et ceux dans la densité qui se retrouvent parasités.




Yann Kunter


Soins énergétiques

Thérapie par les sons (bols de cristal, diapasons), harmonisation

Dégagement des nuisances et pollutions psychiques sur lieux et personnes








15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page